Thomas Sankara: un espoir pour le peuple burkinabè

English Abstract:

Thomas Sankara: a Hope for Burkinabe’s People

The resumption of investigations about the circumstances of Thomas Sankara’s death  last spring highlighted the high-reputation of the former president of Burkina Faso among Burkinabe citizens. It highlighted the idea of him being the “African Che”, the one who changed Burkina Faso’s face.

An avant-gardist politician leading a „Land of Upright Man“

Born in a catholic family, Thomas Sankara followed a military career before being appointed as Secretary of State for Information in the military government in 1981. He resigned one year later and became the Prime Minister in January 1983. A few months later, a coup d’État made him President of Burkina Faso. He aimed to break with old corruption practices in the government, and foster new values. Thomas Sankara initiated a set of innovative policies: a health-care campaign (“commandos vaccinations”, promotion of mass-sport), a opening up  the countryside thanks to rails and routes, a political reform in favour of women’s right (ending discrimination on the job market, outlawing genital mutilation, forced marriages or polygamy)and  the abolition of governmental privileges (in wages or benefits in kind for instance). The Upper Volta disappeared; the “Land of Upright Man” was born.

The Africa’s icon of anti-imperialism and self-reliance

The President had an innovative foreign policy, too. He fought against imperialism and neo-colonialism, promoted self-reliance and national economy.  He stated that his people needed to “Accept [that] living African is the only way to live freely, and in the dignity”. He disrupted the international relationships and spread Marxist ideology among Burkinabe citizens with  a “Young Pioneers Movement”, lectures and discourses, but also with the help of People’s Revolutionary Tribunals which aimed to sentence corruption, tax evasion and “counter-revolutionary activity”.  In other words, he disrupted a traditionalist policy established over decades, a policy that tolerated European-domination and governmental corruption. Hence his nickname: “Father of the Burkinabe Revolution”.

A controversial president

The hopeful citizens began  to  tire of strong reforms and lack of liberalism after a few years. The government which repressed opposition movements became weaker and weaker. Moreover, it suffered of external criticism, from African leaders afraid of the widespread of communist and revolutionary ideology for instance. On the October 15, 1987, Thomas Sankara was killed and quickly buried. To this day he remains  a national symbol for many of young people who dream of a reformed and upright Burkina Faso, as it aimed to be.

La reprise de l’enquête sur les circonstances de la mort de Thomas Sankara, en mars 2015, ainsi que l’exhumation de sa dépouille le 26 mai dernier, ont rappelé à la communauté internationale l’admitation que portrait le people burkinabé pour son président révolutionnaire.  Éclairage sur le “Che” Africain qui a participé au changement du  visage du Burkina Faso, et jouit encore aujourd’hui d’une popularité aussi fervente que l’icone de la révolution cubaine, Che Guevara.

Un homme avant-gardiste à la tête d’un “pays intègre”

Né dans une famille catholique et issu d’une formation militaire, Thomas Sankara fut Secrétaire d’Etat à l’information dans le gouvernement de Saye Zerbo  (1981-1982), puis Premier Ministre au côté d’Ouédraogo, avant de prendre la tête du pays le 4 août 1983, à la suite d’un coup d’État. Le nouveau président se distingue de ses pairs dans l’exercice du pouvoir comme dans l’idéologie qui le porte. Il souhaite rompre avec les pratiques de corruption de ses prédécesseurs, rétablir l’économie de son pays, et instaurer de nouvelles valeurs. Thomas Sankara entame une série de grands travaux pour désenclaver le pays (“bataille du rail”,construction de routes et de chemins de fer…), pour limiter la désertification (operation “Un village, un bosquet”, reboisement des espaces inutilisés) et élargir le parc de logement tout en garantissant la salubrité de ce-dernier (construction et rehabilitation de logements sociaux). Soucieux du bien-être de son peuple, il mène des politiques de “vaccinations commandos”, parvenant à éradiquer la rougeole et la méningite; instaure le sport de masse, et plaide auprès de l’ONU le droit des peuples à l’éducation, à l’accès à l’eau et aux denrées alimentaires, en octobre 1984. Parallèlement, il supprime les privilèges que s’octroiyaient les membres du gouvernement, baisse le montant de son salaire, remplace les voitures de luxe du gouvernement par des Renault 5. La Haute Volta disparaît pour laisser place au Burkina Faso (1983), qui devient, littéralement  “le Pays des hommes intègres”.

La figure africaine de l’anti-impérialisme

Le chef de l’Etat mène une politique innovante aussi bien sur le plan intérieur –il sera l’un des premiers chefs d’Etat africains à remettre en cause le patriarcat et les pratiques rétrogrades qui en découlaient- qu’en matière étrangère. Si Thomas Sankara est aujourd’hui mondialement connu et surnommé le “père de la Révolution burkinabè”, c’est en effet lié, en partie, à sa persévérance et son inflexibilité face à l’impérialisme encore pregnant à l’époque. Sankara refuse  le néo-colonialisme, encourage la production nationale et la valorisation des produits locaux (notamment, l’habit traditionnel burkinabè), au détriment des importations et des aides extérieures, rappelant qu’“Accepter de vivre africain, c’est la seule facon de vivre libre, et la seule facon de vivre digne”. Pour perpétuer cet esprit révolutionnaire marxiste, le gouvernement encadre les Jeunes à travers le Mouvement des Pionniers, et met en place dès son arrive au pouvoir des tribunaux, les Tribunaux Populaires de la Révolution, dédiés à juger les membres des gouvernements précédents, accusés de détournement d’argent et de corruption.

Un président controversé

Le peuple burkinabè est dans sa grande majorité porté par l’espoir du changement et du développement, avec Thomas Sankara et ses réformes. Cependant, après quelques années et des résultats qui se font attendre, la population est fatiguée des efforts fournis, et du manque de liberalisme du gouvernement. La répression des partis et mouvements d’opposition, incarnée notamment dans le licenciement d’instituteurs grèvistes en 1986, fragilise un régime déjà critiqué par certains voisins africains, apeurés par le risqué de voir la révolution burbinabè se propager au delà de ses frontières. Le 15 Octobre 1987, en pleine réunion, Sankara est assassiné, et enterré la nuit même. Le lendemain, Blaise Compaoré prend les rennes du pouvoir. Officiellement, le “Che Afrivain” serait mort de “mort naturelle” et enterré dans la banlieue de Ouagadougou. Il reste encore aujourd’hui un symbole national pour de nombreux jeunes qui n’ont connu que l’ère Compaoré, et rêvent d’un Burkina Faso réformé et intègre, à l’image de son nom plein de promesses.

Sources:

Burkina Faso: qui a tué Thomas Sankara, le «Che» africain?„, Mohamed Berkani, publié le 26/05/2015 sur http://geopolis.francetvinfo.fr/ , mis à jour le 26/05/2015. (Retrieved 23/10/2015)

Thomas Sankara, l’homme intègre“, Documentaire Arte, publié le 03.06.2014, Standard-YouTube-Lizenz. (Retrieved 23/10/2015)

Burkina Faso: les recherches pour retrouver le corps de Thomas Sankara ont débuté„, Le Monde.fr, le 25.05.2015, mis à jour le 11.06.2015. (Retrieved 23/10/2015)

Burkina Faso: le chef des putschistes et l’ex-ministre des affaires étrangères inculpés « d’attentat à la sûreté de l’Etat »„, Le Monde.fr avec AFP, le 06.10.2015, mis à jour le 07.10.2015. (Retrieved 23/10/2015)

Burkina: vers une sortie de crise?„, Cyril Bensimon (envoyé spécial à Ouagadougou, Burkina Faso) , Le Monde.fr, le 23.09.2015, mis à jour le 23.09.2015. (Retrieved 23/10/2015)


Clémence Landeau

Clémence Landeau war Ende 2015 als Praktikantin in der Geschäftsstelle der Max Weber Stiftung.

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.